Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du février, 2004
De nos jours, à chaque fois que l'on parle de mode de pensée culpabilisante, austère, pudibonde, moralisatrice en somme, on applique en réflexe (c'est-à-dire sans réflexion) le qualificatif : "judéo-chrétien".

Alors que très peu de nos contemporains sont véritablement instruits en théologie chrétienne et encore moins en pensée judaïque. Mais c'est sans appel, tous les maux qu'ont causé l'homme occidental au monde, sont issus de la "pensée judéo-chrétienne".

Et pour le tiers-monde, c'est naturellement l'islam qui fait figure d'épouvantail alors que le bouddhisme est si "sympathique".
"Car ce drame mythique rappelait à l'homme que la souffrance n'est jamais définitive, que la mort est toujours suivie de la résurrection, que toute défaite est annulée et dépassée par la victoire finale. L'analogie entre ces mythes et le drame lunaire, esquissée au chapitre précédent, est évidente. Ce que nous voulons souligner dès maintenant est que Tammuz - ou toute autre variante du même archétype - justifie, en d'autres termes rend supportables, les souffrances du "juste". Le Dieu - comme tant de fois le "juste", l'"innocent" - souffrait sans être coupable. Il était humilié, battu jusqu'au sang, enfermé dans un "puits", c'est-à-dire en Enfer. C'est là que la Grande Déesse (ou, dans les versions tardives et gnostiques, un "messager") lui rendait visite, lui donnait du courage et le ressuscitait. Ce mythe si consolant de la souffrance du dieu a mis du temps à disparaître de la conscience des peupl…
Nous sommes tous égaux.

Nous sommes tous égaux, ça ne veut rien dire. Nous sommes tous égaux, point final, ça ne veut rien dire. Egaux en quoi ? "Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits" par exemple, en droit, là c'est clair, une égalité juridique, civique, politique. Ou alors on pourrait dire "Les hommes doivent être tous égaux en revenus", ou en gènes (on peut imaginer le délire d'un isogénisme aussi utopique que l'eugénisme). Mais égaux tout seul ? ça ne veut pas dire plus que l'assertion contraire, "Les hommes sont tous inégaux". Mais voilà, la première affirmation, même si elle ne veut rien dire, déclenche automatiquement la sympathie générale, le aaah de satisfaction soulagée, la pensée émotionnelle se dirigeant d'emblée sur la connotation positive : égal. Je suis égal à tous, sous-entendu : personne ne peut prétendre valoir plus que moi, et puis tout le monde fondamentalement vaut la même chose, c'est-à-dir…